La Page Blanche

Parler : Sandrine Rousseau & ONPC

Bonjour,

Petit mot sur « La page blanche » suite à un article que j’ai lu sur la dernière émission ONPC de L. Ruquier. Il est notamment question du traitement qui a été réservé à Sandrine Rousseau alors qu’elle venait parler de la sortie de son témoignage qui s’intitule « Parler«  (chez Flammarion). Il y a tellement de choses à dire en commençant par le titre du livre de Mme Rousseau, qu’elle a bien choisi d’ailleurs. Parce qu’après une agression sexuelle, la première chose à faire, n’est-ce pas parler ? Et là, on entend beaucoup de témoignages qui expliquent à quel point c’est une nouvelle épreuve que l’on impose aux victimes. Après, il y a deux choses : la loi qui doit faire son travail* et la victime qui doit réussir à continuer à vivre avec cette blessure.

D’ailleurs, L. Ruquier demande à Mme Rousseau ce qu’elle considère comme une agression sexuelle, et elle le reprend justement en disant que c’est la loi qui définit l’agression sexuelle, pas elle. Dire qu’on a été agressée n’est pas une lubie féminine ou une réponse due à un état d’esprit au moment T. C’est, comme elle le dit justement, l’absence de consentement. Et là, commence l’espèce de délire de Mme Angot. Elle-même a été victime de viol (L’inceste, chez Stock) alors je ne sais pas… est-ce qu’elle minimise l’agression sexuelle face au viol ? Est-ce qu’il y a une blessure restée ouverte qu’elle n’arrive pas à gérer ? Toujours est-il que ses propos, outre le fait qu’ils soient agressifs, déplacés, erronés et insultants, sont dangereux parce qu’ils n’envoient pas les bons messages. Sur une chaîne de grande écoute, sur une telle émission, on penserait qu’elle pourrait utiliser cette portée pour aider les bons messages à être entendus.

Tout d’abord, ce qui m’a personnellement irritée, c’est la façon qu’elle a eu de couper l’invitée pour répéter : « formés pour accueillir la parole » plusieurs fois, comme si elle venait d’entendre une grosse ânerie. Hé oui, il y a véritablement un travail à faire là-dessus… Au moment où Christine Angot explique que : « écouter c’est une sorte de générosité » (qu’elle ne possède manifestement pas…) « c’est quelque chose qui est assez rare », j’ai envie de revenir sur les témoignages qui ont de la visibilité grâce à des organismes tels que PTS (Paye ta Shnek). Parmi ces témoignages, qu’est-ce qu’on retrouve ? Des personnes dépositaires de l’autorité qui doivent recevoir des témoignages de harcèlements sexuels, d’abus sexuels, d’agressions sexuelles et de viols et qui ne le font pas. Parce qu’ils jugent la victime (Mais vous lui avez souri non ? Vous sortez ensemble, ce n’est pas un viol. Vous portiez cette jupe ?), négligent ou atténuent la responsabilité de l’agresseur ou justement, ne savent pas identifier l’agression (oh, c’est juste de la drague un peu lourde, un compliment, un geste « maladroit »)

Et au-delà de cela, ce qui est grave, c’est qu’elle ose dire que la politique n’a rien à faire dans ces affaires. Mais bordel, bien sur que la politique doit intervenir sur ces affaires ! (« On ne fait pas dans un parti politique la question des agressions sexuelles », Là, Mme Rousseau, désemparée, explique qu’elle a voulu en parler et que personne n’a su l’écouter. Mme Angot : « Bien sur qu’il n’y a personne » … Ça va faire avancer les mentalités ça !) De la même manière que Marlène Schiappa (Fonctions Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes)  a mis le doigt sur les violences obstétricales, il faut qu’on insiste sur le sexisme meurtrier qui demeure en France ! Mme Angot qui ose dire qu’après une agression sexuelle « on se débrouille », c’est une aberration meurtrière ! Outre le fait qu’elle devrait bien entendu écouter leur échange, y réfléchir et s’excuser, elle n’a pas sa place sur l’espace audiovisuel public si elle profère de tels propos. Je suis choquée, et franchement, je me dis que Mme Rousseau a eu un sacré courage de rester pour affronter ces réactions, ces remises en question de ses démarches de victime, de son statut de victime, de son récit…

Quant à Y. Moix… je ne l’aimais déjà pas depuis longtemps (depuis qu’il avait dit que sa librairie préférée est Amazon). Là, il explique à une femme comment elle doit exprimer sa parole de victime. Moix qui disserte sur le but de l’écrivain… Merci « Dieu » ! L’écriture est un moyen d’expression, et il peut servir à la fiction, au discours… mais aussi au témoignage. Pourquoi Mme Rousseau serait-elle en train de faire un discours et ne pas raconter son vécu, simplement ?

Bref, pour simplement conclure, je vous invite à aller voir l’émission ou l’extrait pour voir faire votre propre opinion ; la mienne est faite. Je suis simplement dégoûtée de voir le traitement réservé aux victimes d’agressions sexuelles. Mme Angot, qui précise bien qu’elle est une personne et pas une victime, a quand même publié chez Stock son ouvrage « L’inceste ». Elle a eu le besoin de s’exprimer sur le sujet à un moment donné et maintenant, elle condamne tout le monde au silence. Sauf que taire ces événements ne les fera pas disparaître, au contraire. Ce procès m’a donné envie de gerber. Et enfin, moi quand on me dit « écrivaine », je vois bien une femme en train d’écrire. Ce n’est pas parce qu’elle a l’esprit ramolli par le PRISME machiste d’une société patriarcale qu’elle a raison. Le masculin n’est pas une neutralité, une valeur invariable. Il y a les hommes, il y a les femmes. On ne doit pas choisir entre : être reconnue comme femme ou comme auteur. On peut être une auteure, être femme et écrire. Cela méritera un petit article sur l’écriture inclusive…

L’extrait de l’émission : https://www.youtube.com/watch?v=ne6DS_h9nwI

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s